Flux RSS

Departures: plongée profonde et tout en sensibilité dans la culture japonaise

Publié le

Sortie il y a déjà quelques mois, le film avait fait sensation en remportant l’oscar du meilleur film étranger.

Oscar

Le thème peut laisser sceptique et rebouter ceux d’entre nous qui évitent de regarder des histoires « tristes » et autres drames….

Et pourtant….

Comme toujours l’habit ne fait pas le moine.

Dès la première scène, l’humour s’installe et scintille tout au long du film.

Le sypnosis:

Daigo Kobayashi (joué par l’excellent Masahiro Motoki), violoncelliste dans un orchestre à Tokyo perds son emploi pour cause de dissolution de son orchestre. Daigo décide de revenir dans son village natal, avec sa femme, pour tout recommencer. Répondant à une petite annonce intitulée « Départs assistés » pour une « Agence NK », Daigo se rends à l’entretien d’embauche en pensant travailler pour une agence de voyage. Mais lors de l’entretien, il découvre que NK est l’abréviation pour « encoffinment » (nōkan en japonais) , et qu’il est là pour assister le « départ » des morts. Sans autres offres d’emplois en perspective, Daigo face au salaire élevé, accepte l’offre. Cependant, rentré à la maison, il se voit incapable d’avouer à sa femme pour quel genre de métier il a été embauché…

6a00d83451684269e2010536e8c486970b-800wi

Le « petit » problème de notre héros: faire face à la honte, au travail considéré comme dégradant dont il est chargé. En effet, si la mort au japon est considerée comme le commencement d’une nouvelle vie, et qu’une assistance doit être fournie au défunt, pour que son esprit soit guidé vers la demeure des Kami (dieux), lors d’une cérémonie bouddhique, le traitement du corps est considéré comme une tâche ingrate et dégradante, réservée aux personnes considérées comme destinées à évoluer en-dehors de la société. Le contact avec le mort porterait en effet malheur. [Il est à noté que les personnes ayant assistés aux cérémonies, doivent avant de rentrer dans leur maison jetter du sel sur elles-même, afin d’éloigner les mauvais esprits.] Les mentalités et comportement changent, mais il faut du temps….

okuribito veillée de mort


=> On retrouve ce rapport des japonais face au traitement des morts dans Fuji nostalgie de Sarah Backer. L’auteur au travers du roman décrit l’univers des pompes funèbres japonaises: la mafia y tient une part importante, beaucoup de personnes handicapées et/ou peu diplômées y sont employées, ainsi que des étrangers…De façon plus comique, l’auteur évoque les dernier cris en matière d’enterrement et crémations: dispersion des cendres sur un air des Beatles dans un tourbillon de lasers et de neige carbonique, en fusée spatiale…


Etrangement, l’affiche japonaise originale est plus directe dans son approche que celle choisie pour les occidentaux. Jugez plutôt:

Departures (Page 1) Okuribito_(2008)

Le petit plus pour briller en société:

  • Le film est inspiré du roman autobiographique d’Aoki Shinmon, Noukanfu Nikki (Coffinman: The Journal of a Buddhist Mortician),
    paru en 1996.
  • Grand succès au Japon, le film rapporta 61.010.217 dollars…
  • Le film a remporté plus de 60 récompenses dans le monde.

departures_bath

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :