Flux RSS

Le mercredi, c’est cinéma!

Publié le

The Blue Lagoon(1980)

L’histoire:

A l’époque victorienne, au tout début du XIXe siècle, un voilier naviguant sur les eaux du Pacifique à destination de San Francisco, est victime d’un incendie. L’équipage quitte le navire avant que celui-ci ne coule, mais c’est la cohue. Deux jeunes enfants, Richard et Emmeline, sont alors séparés de leur père, parti sur un autre canot de sauvetage. Accompagnés et chaperonnés par le cuisinier du navire, ils dérivent sur l’océan et finissent par trouver une île …

Le cuisinier, vieux marin aguerri, installe un logement, leur apprends à pêcher… bref, à survivre. Il meurt malencontreusement, laissant les deux jeunes enfants à eux-mêmes. Ils vont grandir ensemble et découvrir sans trop comprendre la puberté, les changements du corps, la sexualité, leur attirance…

Le Lagon bleu est tiré du livre d’Henry de Vere Stacpoole, écrit en 1908. Il existe plusieurs adaptations cinématographiques du roman, mais ce film en reste le plus fidèle, notamment par les nombreuses scènes de nudité et les références à la sexualité.

Pour l’anecdote, Brooke Shields, âgée de 14 ans lors du tournage, fut remplacée par une doublure pour les nombreuses scènes où elle est censée apparaître nue (contrairement à Phoebe Cates dans Paradise -voir plus bas-), et pour éviter de montrer sa poitrine, l’actrice colla ses longs cheveux à son torse!

Le beau Christopher Atkins (18 ans à l’époque) réalisa quant à lui intégralement ses scènes de nudité.

A sa sortie (gros succès mondial), le film a largement été critiqué pour les scènes de nudité, l’éloge de la sexualité adolescente qu’il présentait (!), et même accusé de pornographie et de pédophilie (Brooke Shields n’ayant que 14 ans).

(Ah! les kitschissimes 80! décidément, çà ne se refait pas! …)

A voir:

un site très intéressant, consécré à Brooke Shield : Brookenook, vous y trouverez tous les articles parus à l’époque sur le film et aussi les différentes affiches réalisées.

Dans (exactement) le même genre (mais en vraiment moins bien), il y aussi Paradise de Stuart Gillard, sorti en 1982.

L’histoire est (très) globalement similaire. Nous ne sommes plus dans le Pacifique, mais en Afrique, toujours dans la première moitié du 19e siècle. Un garçon et une fille se retrouvent livrés à eux-mêmes après l’attaque de leur caravane et trouvent refuge dans une oasis où ils vivent d’amour et d’eau fraîche…

Un peu plus d’action (et de sexe) dans ce film-ci, avec la présense d’un grand méchant… le Chacal… (non, je ne l’invente pas)!

Bonne journée!

"

  1. ahh c’est un tres beau film, le lagon bleu!!
    la premiere fois que je l’avais vu cT en italie, ensuite g acheté le dvd. je revais d’avoir une cabane en face de la mer au milieu de nul part😉
    la liberté la plus complete!

    Répondre
  2. Et dire que j ‘adorais ce film … Bise

    Répondre
  3. c’est pas mal.
    Je préfère « Génesis Chrildren », plus contestataire aussi

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :