Flux RSS

Mille et une inspirations…

Publié le

Vous connaissez mon goût pour les illustrations.Ces dernières ont déjà fait l’objet de nombreux billet [cf ici, , par là aussi, et encore ici et … bref, tous les articles sont dans la catégorie Art… tu sais comment çà marche ô très cher lecteur].

Découverte aujourd’hui d’une illustratrice des 20’s : Virginia Frances Sterret.

Ses illustrations m’ont littéralement conquise! Qu’elle poésie, qu’elle finesse! Une véritable mine d’inspiration…

Aladdin Saluted Her with Joy. Arabian Nights - Illustrated by Virginia Frances Sterrett. Penn Publishing Company, 1928.

Deliver Me from This Place Arabian Nights - Illustrated by Virginia Frances Sterrett. Penn Publishing Company, 1928.

On retrouve dans ces personnages la grâce des 20’s et 30’s.

Des silhouettes fines qui ondulent (surtout pour les corps féminins) au son d’une musique depuis longtemps disparue; des courbes voluptueuses dans un décor exotique qui réveille de vieux rêves enfantins…

He Made Me Stop That He Might Gather Fruit. Arabian Nights - Illustrated by Virginia Frances Sterrett. Penn Publishing Company, 1928.

In This Order They Proceeded to the Palace. Arabian Nights - Illustrated by Virginia Frances Sterrett. Penn Publishing Company, 1928.

Virginia ne vécut qu’une trentaine d’années. Minée par la tuberculose elle semble avoir versée son envie de vivre et  tous ses rêves dans ces sublimes illustrations.

Morgiana Danced with Much Grace. Arabian Nights - Illustrated by Virginia Frances Sterrett. Penn Publishing Company, 1928.

Presently a Thick Cloud Arose. Arabian Nights - Illustrated by Virginia Frances Sterrett. Penn Publishing Company, 1928.

Scheherazade Went on with Her Story. Arabian Nights - Illustrated by Virginia Frances Sterrett. Penn Publishing Company, 1928.

Mes deux préférées: Scheherazade Went on with Her Story et The Princess Had Great Beauty (respectivement ci-dessus et ci-dessous).

The Princess Had Great Beauty. Arabian Nights - Illustrated by Virginia Frances Sterrett. Penn Publishing Company, 1928.

The Robber Disguised Himself. Arabian Nights - Illustrated by Virginia Frances Sterrett. Penn Publishing Company, 1928

The Serpent Flew Away. Arabian Nights - Illustrated by Virginia Frances Sterrett. Penn Publishing Company, 1928.

The Sky Became Dark. Arabian Nights - Illustrated by Virginia Frances Sterrett. Penn Publishing Company, 1928.

The Sultan and Aladdin Ate by Themselves. Arabian Nights - Illustrated by Virginia Frances Sterrett. Penn Publishing Company.

The Sultana Held Conversation with a Man. Arabian Nights - Illustrated by Virginia Frances Sterrett. Penn Publishing Company, 1928.

They Danced Before Me with Great Skill. Arabian Nights - Illustrated by Virginia Frances Sterrett. Penn Publishing Company, 1928.

We Found It to Be a Gate of Ebony. Arabian Nights - Illustrated by Virginia Frances Sterrett. Penn Publishing Company, 1928.

Source: vfsterret

Belle journée!

"

  1. ma-gni-fi-que ! j’ai une préférence pour les « bleues nuit » dans les palais majestueux … la dernière n’est pas sans me rappeler l’univers de Michel Ocelot (cf « azur et azmar ») … bisous !

    Répondre
  2. zut, j’ai raté plein de billets cette semaine ! ça fait bizarre de voir naomi watts en brune !

    Répondre
  3. Superbes illustrations, vraiment magnifiques! Merci! Bon week-end à toi!

    Répondre
  4. Sheherazade, quelle grâce… ces images auraient été parfaites pour illustrer mes rêves d’enfant, quand on me lisait encore « Mille ans de contes »…

    Répondre
  5. Je ne connaissais pas du tout Virginia Frances Sterret et je suis bienheureuse que tu me la fasses découvrir.
    Ces illustrations des « Mille & Une Nuits » sont vraiment magnifiques, une véritable explosion de couleurs.
    Le destin de Sterret est bien triste et je pense comme toi qu’elle a dû projeter l’existence que sa maladie lui empêchait de vivre sur ses dessins qui pour le coup témoignent d’un très riche monde intérieur et d’une belle imagination.
    Puis je suis sous le charme de certaines silhouettes féminines qui malgré des dehors très exotiques sont typiques des années folles (je pense notamment à celle de « The Princess has great beauty »).
    Merci pour ton billet en tout cas.
    Bonne semaine. Bises.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :