Flux RSS

Etat de grâce…

Publié le

Quelques fois dans la vie, vous doutez.

L’année dernière fut pour moi une année terrible: trahisons, échec(s), perte des repères, dépression, solitude absolue… bref, même si j’ai eu l’occasion de faire de nombreux voyages, je n’avais pas vraiment la tête à çà, et j’étais bien souvent triste.

Via Dreamjap

Mais en même temps, je suis ressortie de ce parcours du combattant plus forte. Je n’ai pas cédé, j’ai continué. J’étais déprimée, mais je n’ai pas renoncé à moi, à mes capacités. Je croyais en elles.

Et, au bout du compte, tout est pour le mieux. Et, tout est devenu comme j’en rêvais (ou presque).

Tête de jeune fille (copie d'un détail de tableau français du début du 18e siècle), La Tour, 18e, Musée Antoine Lécuyer, Saint Quentin.

Comparé à mon moi de l’année précédente, je suis une tout autre personne : j’ai confiance en moi, une plus forte volonté… je vois l’avenir m’ouvrir ses portes en grands. Je rayonne, la vie est belle!

Sans rire, des fois (et je suis certaine qu’en y réfléchissant vous trouverez que la vôtre aussi), j’ai l’impression que ma vie ressemble à un roman feuilleton type Santa Barbara (bonjour la référence) ou à un shojo pour jeune fille!

au niveau amitié: la même bande d’amis depuis plus de dix ans ou se mêlent amours, trahisons, infidélité, secrets (il se passe toujours quelque chose, on ne manque jamais de ragôts d’action);

Jeune fille lisant une lettre, Jean Raoux, 18e, Louvre.

Au niveau professionnel : on rencontre de tout, çà c’est certain, et les rebondissements sont nombreux; de même pour les entretiens d’embauche (vous vous retrouvez quelques fois à discuter de choses qui n’ont rien à voir avec le poste… genre la gastronomie japonaise, la chirurgie esthétique, les cheveux bouclés, en combien de langues vous pouvez dire merci (moi, c’est six!)… et le pire, c’est que se sont des entretiens où l’on m’a appelé ensuite pour me proposer le poste!)

Au fond, la vie est remplie d’aventures, non?!

Belle journée!

"

  1. c’est effectivement au sortir des pires périodes que l’on se rend compte du chemin parcouru ! elles sont fécondes et révélatrices de ce que l’on a de plus précieux et combatif en soi … bravo pour cette volonté dont tu as su faire preuve !

    Répondre
  2. Je ne dirai pas une des pires périodes, mais disons que oui, ainsi que toi, l’année dernière était bien étrange : retour en stage après deux ans de CDI, considérée comme une étudiante, hébergée… et pourtant en y repensant ce n’était pas si terrible.

    Je ne parle des épreuves mais bien des moments simplement compliqués : avec le recul, ils paraissent toujours moins insurmontables… notre pire ennemi c’est nous, non ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :