Flux RSS

Le protectorat de l’ombrelle

Amélie Galup, Sur la place du Vigan, 1896, Parie, Médiathèque de l'architecture et du patrimoine

En passant :

Soulless de Gail Carriger, dont je vous ai déjà parlé ici : il se dévore d’un seule trait! (une version française vient de sortir, mais je préfère la V.O. En plus, c’est moins cher!)

De l’action, une narration dynamique, un personnage féminin intelligent et courageux, du fantastique « crédible » et bien établi, une symbolique mystique intéressante.

Maurice Sand, Le loup garou, 1857, Paris, MuCEM

Pour le moins: l’issu de l’enquête est un peu évidente, mais bon comme elle est passionnante, çà passe. Ce qui est un peu lourd : les scènes d’amour et de pamoison, un peu trop roman à l’eau de rose.

Résultat : ** (et demi) ;p

Jules Worms, Une soirée à Saint Cloud, 19e siècle, Château de Compiègne

Bises & Bonne journée

"

  1. Je vous de belles lectures et beaucoup de choses qui me plaisent – le titre est merveilleusement bien trouvé, le protectorat de l’ombrelle🙂
    Merci de ta visite, car je fais une étonnante découvert ici qui me plait

    Répondre
    • Ah!hélas, je n’ai pas la maternité de ce titre… c’est le nom de la série : l’héroine ne se déplace jamais sans son « umbrella » ^^
      Rien de tel aussi comme inspiration, que les belles sélections de ton blog (tout est dans le détail ^^)

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :