Flux RSS

Archives de Tag: Orsay

Le mardi, douce folie

Publié le

Paris, femmes et enfants au Jardin du Luxembourg, Lhermitte Charles Augustin, 20e siècle, musée d'Orsay

Dans mon dernier billet, je vous racontais ma visite au salon de thé Angelina à Paris. J’y avais goûté une pâtisserie, dans le « goût » japonais. Honnêtement? oui, il y a mieux. C’était bon, assez fin,un peu crémeux et croquant, mais…. je ne pense pas y regoûter (çà se dit?). Car à ce niveau de pâtisserie, j’ai mon petit chouchou. Et je me rends compte que je ne vous en ai jamais parlé !

Commençons par le commencement: J’ai traîné pendant …. au moins 4-5 ans (pour les études!) dans les environs du Luxembourg, et j’aime encore m’y promener: le jardin au petit matin en hiver ou en été est toujours de toute beauté. Vers 08h00, les pompiers sortent de leur caserne pour venir s’y entraîner… c’est toujours un plaisir que de les regarder 😉 !

Lorsque la chaleur monte au moins de juin et que les beaux jours reviennent (voir dès qu’un rayon de soleil se pointe) lycéens, étudiants et passants envahissent les pelouses, commencent des parties de frisbee, sortent la guitare (dès que les gardiens ont le dos tourné – car au même titre que l’autoradio, c’est interdit 😦 …- ), les bambins s’essayent à marcher, les gens rigolent… certains choisissent de prendre tranquillement le soleil sur les chaises mises à disposition, ou de jouer aux échecs sur les tables….

Pic-Nic Allée, Vitali Massimo, 2000, Musée national d'Art moderne, Paris

Ce que j’aime particulièrement dans ce jardin, se sont les nombreuses statues qui le parsèment: reines de France, femmes célèbres, petit faune musicien… L’atmosphère est romantique, voir mélancolique en Automne.

Certaines allées sont pleines de monde alors que d’autres sont désertes, on peut facilement s’installer dans un petit coin désert (sauf à l’heure du déjeuner!) et profiter d’un moment de paix,  écouter les oiseaux chanter.

Bassin du Luxembourg, Brassai, 1930, Musée national d'Art moderne, Paris

En les petites rues alentour, on plonge dans le Paris des XVIIe et XVIIIe siècles : vieux hôtels particuliers époque Louis XIV, Régence, Louis XV… il y a le quartier Saint Sulpice, Sainte Placide, la rue de Vaugirard, rue du Cherche-midi…

Pleins de petites boutiques et libraires se sont installés dans le quartier, c’est très agréable de s’y promener, on trouve toujours quelques chose pour satisfaire sa curiosité. Ainsi, au 40 rue de Vaugirard (pas très loin du Sénat), une boutique de poupées anciennes arrête toujours mon regard: vieux chevaux en bois, dinettes, habits de poupée… adorable!

Paris, 1983 de Denise Colomb, 1983, Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, Paris

Pour revenir à mon premier sujet, un jour alors que je me promenais dans cette même rue de Vaugirard, j’ai remarqué la (toute) petite boutique d’un certain pâtissier: Sadaharu Aoki.

Le nom est japonais, les vendeuses aussi et les pâtisseries? un sublime spectacle coloré pour l’œil! une alliance de l’élégance  japonaise et de la finesse française. Au goût? je reste sans voix, je savoure, je me délecte, j’adore.

Thé vert, fraise, pistache, haricot rouge sucré, vanille…. la pâtisserie française revisitée par un maître japonais. C’est léger, audacieux, délicieux!

Mon préféré : le simplissime chou à la crème et le duomo au thé vert. Ils me fonnent des  ailes!

Ce pâtissier possède plusieurs adresses dans Paris et je vous les recommande (petit plus: il existe une carte de fidélité!).

C’est tellement de bonheur que de se promener tranquillement dans un environnement presque enchanteur car simple, si je puis dire, mais beau; un environnement héritier d’une longue histoire, qui laisse songeur; que de pouvoir se régaler d’une délicieuse douceur ♥

Bonne journée!

All Hallow Even

Publié le

Le mot « Halloween » est une altération du vieil anglais « Hall Hallow Even« , qui signifie « Le soir de tous les saints du paradis« , et désigne la veille de la Toussaint.

Cette fête est principalement célébrée dans le pays anglo-saxons, mais reste peu  implantée en France (considérée principalement comme un évènement commercial). Il s’agit de s’amuser en se faisant peur (ou pas). C’est l’occasion de se travestir en toute liberté et pour ma part je serai  lors d’une petite soirée samedi soir, vêtue d’un kimono et aussi charmante qu’une Geisha … (enfin, je l’espère!).

Frank Eugene, La baronne Von P. en kimono, vers 1900, MET, NY

Frank Eugene, La baronne Von P. en kimono, vers 1900, MET, NY

C’est aussi l’occasion d’inaugurer et de découvrir une nouvelle série de clichés.

Le thème: le spiritisme. L’époque: le XIXe siècle.

Le spiritisme, importé d’Angleterre dans la seconde moitié du XIXe siècle, trouve en France et surtout à Paris un public particulièrement réceptif et friand de surnaturel…

Les photographies de fantômes (ou premiers trucages photographiques!) abondent et connaissent un réel succès. Les médiums (au nm très souvent mystérieux et exotique) parcourent les foires, les hôtesses les plus sélectes organisent des soirées de spiritisme avec des tables tournantes, etc.

Scéance avec le medium Eusapia Palladino, vers 1907-1908: les hommes sont assis autour d'une table qui se soulève (du fait des esprits?)

Scéance avec le medium Eusapia Palladino, vers 1907-1908: les hommes sont assis autour d'une table qui se soulève (du fait des esprits?)

So dear friends,Trick or Treat !?

Jeu de regard, cigarette & orchidée: image de l’éphémère

Publié le
Jeanne Job-Bardou, La femme à l'orchidée, 1900, musée d'Orsay

Jeanne Job-Bardou, La femme à l'orchidée, 1900, musée d'Orsay

The 20’s: des années enturbannées

Publié le
R. Sobol, Portrait de Renée Héribel, vers 1920

R. Sobol, Portrait de Renée Héribel, vers 1920

Turban, 1910-1920, MET, NY

Turban, 1910-1920, MET, NY

WALERY (dit), OSTROROG Stanislas Julien (comte). Nu féminin au turban, vers 1925, héliogravure.

WALERY (dit), OSTROROG Stanislas Julien (comte). Nu féminin au turban, vers 1925, héliogravure.

Turban, 1910-1912, Fabrication américaine, MET, NY

Turban, 1910-1912, Fabrication américaine, MET, NY

Charles Augustin Lhermitte, Portrait à mi-corps d'une femme coiffée d'un turban, 1905, musée d'Orsay

Charles Augustin Lhermitte, Portrait à mi-corps d'une femme coiffée d'un turban, 1905, musée d'Orsay

Turban, 1920-1930, fabrication américaine, MET, NY

Turban, 1920-1930, fabrication américaine, MET, NY

Anonyme, Portrait de Tamara Karsavina (1885-1978), danseuse russe de la troupe de Diaghilev, musée d'Orsay

Anonyme, Portrait de Tamara Karsavina (1885-1978), danseuse russe de la troupe de Diaghilev, musée d'Orsay

Esclave d’amour et lumière des yeux

Publié le
Etienne Dinet, Esclave d'amour et Lumière des yeux,  Abd-el-Gheram et Nouriel-Aïn , 1900, musée d'Orsay

Etienne Dinet, Esclave d'amour et Lumière des yeux, Abd-el-Gheram et Nouriel-Aïn , 1900, musée d'Orsay

La courtisane du scandale: Olympia

Publié le
Manet, Etude pour l'Olympia, femme couchée, visage non dessiné, 1862-1863, musée d'Orsay, Paris

Manet, Etude pour l'Olympia, femme couchée, visage non dessiné, 1862-1863, musée d'Orsay, Paris

Manet, Olympia, 1863, Musée d'Orsay, Paris

Manet, Olympia, 1863, Musée d'Orsay, Paris

Cézanne, Une moderne Olympa, vers 1873-1874, musée d'Orsay, Paris

Cézanne, Une moderne Olympa, vers 1873-1874, musée d'Orsay, Paris

Victor Burgin, Olympia, 1982, Centre G. Pompidou, Paris

Victor Burgin, Olympia, 1982, Centre G. Pompidou, Paris